Catégories
Haute-Vienne Sites archéologiques

La villa des Couvents

La villa des Couvents appelée aussi le gisement gallo-romain des Couvents est un site archéologique situé sur la commune de la Chapelle-Montbrandeix en Haute-Vienne.

Vestiges antiques de la villa des Couvents

Un site oublié

A l’instar des thermes la villa Brachaud ou de la villa Antone, le site des Couvents est méconnu du grand public. Il est pourtant mentionné dans la littérature locale par l’abbé Leclerc (1834-1920) à la fin du XIXème siècle. Il signale et situe les premiers vestiges de la villa à la Chapelle-Montbrandeix bien qu’elle n’apparaisse pas sur les registres cadastraux d’époque. Il faut attendre les années 1970-1980 pour que le site soit véritablement redécouvert et fouillé. Une longue campagne de fouilles a été mené de 1969 à 1979 par une équipe de bénévoles du Touring-Club de France dirigée par M. Dupuy. Le site est d’ailleurs classé aux Monuments Historiques depuis 1979. Bien que des vestiges aient été sortis de terre, le site reste peu valorisé et il est aujourd’hui enseveli par les herbes hautes. En 2013, à l’occasion des Journées du Patrimoine, l’association Vieilles Pierres et Patrimoine Rural de Saint-Bazile avait désherbé l’intégralité du site. Les visiteurs avaient pu redécouvrir la villa et ses nombreuses pièces.

L’histoire du site

La villa

Le site gallo-romain des Couvents a été occupé rapidement après la Conquête romaine. Mais les fouilles ont montré que le site était déjà un lieu habité par les Lémovices. Plusieurs monnaies ont permis de dater le du site et de délimiter 4 grande phases d’évolution de l’habitation.

La première phase d’occupation de la villa est peu connue et s’étendrait jusqu’à la fin du Ier siècle de notre ère. Plusieurs remaniements auraient été effectués et des endroits comblés pour poser de nouvelles fondations. Lors de la deuxième phase, Gérard Belligaud suppose qu’une des salles devait former une sorte de terrasse vu le remblai et les murs en petit appareil qui ont été retrouvé justifiant aussi sa surélévation. La troisième phase est la plus riche, de nouvelles pièces font leur apparition et on a retrouvé des éléments décoratifs (chapiteau corinthien, moulures, fragments de colonne en calcaire), signes de la création d’une nouvel espace de vie dans la villa. Des enduits peints le long des couloirs et galeries intérieurs de la cour attenante sont aussi découverts. La fonction de chaque pièce reste malheureusement inconnue. Lors des fouilles, certains vestiges ont intrigué les archéologues suggérant la présence de thermes comme le confirme la découverte d’un praefurnium. Les archéologues ont également pu mettre à jour un glaive gallo-romain relativement bien conservé. La réalisation de sondages plus poussés dans certaines pièces de la villa a amené Gérard Belligaud a envisagé le fait que l’habitation aurait pu être occupé au IVème jusqu’au début du Vème siècle. Lors de la quatrième phase, les vestiges de la villa ont probablement servi de refuge bien qu’il ne reste aucune attestation de cette hypothèse. La découverte de tessons de céramique permit de déduire l’existence d’anciens fours à proximité.

Le four

Lors de l’étude de la première phase de la villa, les archéologues découvrent à 75 mètres du site, un premier four de potier. Celui-ci aurait vraisemblablement peu servi vu son état. Il s’agirait possiblement d’un four de potier. Les fours de potiers antiques étaient généralement des installations à tirage vertical. Le foyer situé dans un canal allongé (l’alandier) alimentait une chambre de chauffe souterraine, des gaz de combustion s’infiltraient au travers d’une dalle suspendue et perforée (la sole) permettant de chauffer la charge à cuire déposée dans le laboratoire.

Aujourd’hui le four n’est pas visible notamment dû à la végétation qui la recouvre depuis les dernières campagnes de fouilles.

Bibliographie :

BELLIGAUD, Gérard. 1982, « Les Couvents : Évolution d’un site rural antique à la Chapelle Montbrandeix (Haute-Vienne) », in Revue archéologique du Centre de la France, tome 21, fascicule 3, p. 171-191.

BELLIGAUD, Gérard. 1987, « Bas-fourneaux gallo-romains à La Chapelle-Montbrandeix (Haute-Vienne) / Gallo-roman primitive furnaces at La Chapelle-Montbrandeix (Haute-Vienne)« , in Revue archéologique du Centre de la France, tome 26, fascicule 2, p. 165-175.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s