Les vestiges de la villa romaine de Mansat-la-Courrière

Mansat-la-Courrière est une petite commune creusoise se trouvant à proximité du Plateau des Millevaches. Au-delà de son château et de son église, la ville possède un riche patrimoine antique malheureusement méconnu.

Un site fouillé… par ses habitants

Mansat-la-Courrière est un site vraisemblablement occupé depuis l’Antiquité comme l’attestent la découverte de vestiges remarquables d’une villa romaine et la présence du sanctuaire gallo-romain du Puy Lautard à proximité. L’histoire du site est méconnu. On sait seulement que Joseph Joullietton (1768-1829), dans son Histoire de la Marche et du pays de Combrailles, tome premier [et second] publié en 1814, mentionne l’existence de vestiges d’un édifice romain retrouvées à la Courrière en 1756. Il indique également la découverte régulière de tuiles et d’urnes funéraires romaines par les habitants. Cette mention, unique à ce jour dans la littérature locale, montre que le site était déjà connu depuis le milieu du XVIIIème siècle. Malheureusement, le site n’a jamais fait l’objet de fouilles officielles, seulement de découvertes fortuites au fil des siècles.

Fort de ce constat, on peut facilement supposer que le site, fouillé de manière sauvage, n’a pu délivrer toute son histoire. Néanmoins, des colonnes gallo-romaines en granit furent exhumées. Ces colonnes possèdent des moulures de base qui viennent soutenir les pierres des murettes bordant les chemins. Ce sont les seuls vestiges monumentaux parvenus jusqu’à nous. Un petit aqueduc déversant ses eaux dans un haut bassin a également été découvert. Des dalles gallo-romaines ont aussi été mises à jour lors des découvertes faites par les habitants. Ces dalles, encore intactes aujourd’hui, avaient la particularité de protéger un pavage de tuiles rouges plus sophistiqué.

Vestiges de l’aqueduc déversant ses eaux dans le bassin

Le site n’est pas cependant pas visible, ni ouvert au public puisqu’il est détenu par un propriétaire privé.

L’Apollon de la Courrière

Le silence historiographique autour du site contraste avec la découverte en 1900 d’une statuette en bronze remarquablement bien conservée : l’Apollon de la Courrière. Daté approximativement du Ier et IIème siècle de notre ère, elle est découverte eu XXème siècle par des habitants. La statuette mesure environ 30 cm de haut et a été fabriqué selon les techniques de fonte en creux de l’époque. La précision de ses traits, la présence de pierres en argent incrustés dans les yeux et la finesse du creusement des pupilles montrent la qualité de cette réalisation et sa remarquable technicité.

Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, Br 4191 – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010258173https://collections.louvre.fr/CGU

Le contexte de découverte et l’histoire de la petite statue restent très flou. Seuls les journaux d’époque nous renseignent sur son sort. Ainsi, le journal Le Temps (daté du 4 novembre 1923) fait part de la découverte de la statuette. On y apprend que la statuette aurait trouvé dans un puits du hameau. C’est au curé archiprêtre de Bourganeuf, le chanoine Parinet, qu’elle est remise. Il en fait don à son tour, au musée de Saint-Germain où Salomon Reinach en fit une copie qu’il conserva dans les réserves. Enfin, Le Journal des arts (article du 8 septembre 1928) mentionne le don de l’Apollon de la Courrière par la Société des Amis du Louvre au célèbre musée parisien avec le concours de la caisse des monuments historiques. Elle intègre les collections du Louvre et en 1943, le bras droit du corps de l’Apollon parvient au musée, la statuette peut enfin être restaurée.

Pauline Vignaud

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s