La villa gallo-romaine Sainte-Claire

Sous le lycée Auguste Renoir de Limoges se trouve la villa gallo-romaine Sainte-Claire. Les fouilles ont notamment permis l’exhumation de thermes antiques datant du Haut-Empire.

Vestiges de la villa gallo-romaine Sainte-Claire, vue du laconicum
Crédit : Ministère de la Culture

De brèves fouilles

C’est la construction du lycée Auguste Renoir en 1958, à l’angle de la rue Edgar-Quinet (à l’emplacement de l’ancienne église Sainte-Claire de Soubrevas) que furent mis au jour les vestiges d’une villa antique. Des fouilles de sauvetage réalisées par la Société archéologique et historique du Limousin permirent, entre 1959 et 1961 de révéler l’aile thermale de la villa occupée entre le milieu du Ier jusqu’au IVème siècle.

Les vestiges exhumés

Assez distinctement on peut identifier plusieurs pièces dont notamment des thermes attenantes à la villa. Ainsi, on observe les vestiges d’un praefurnium (salle dans laquelle s’ouvrent les fourneaux destinés à chauffer l’eau des pièces chaudes ou tièdes, elle est entretenue par des esclaves), d’un laconicum (salle de transpiration sèche, c’est la pièce la plus chaude des thermes), les restes d’un foyer et des chaînages de briques. Le caractère sous-terrain des vestiges empêche d’effectuer des vues aériennes et de discerner davantage les restes de la villa. Jean Perrier parle néanmoins de villa suburbaine orientée au sud, c’est-à-dire une habitation située dans une insulae et destinée, en fonction de sa superficie, à une riche famille. Elle se distinguait généralement par deux niveaux d’élévation avec une partie donnant sur la rue et se différencie de la villa urbana destinée au maître d’une propriété agricole en campagne.

Vue ouest du praefurnium
Crédit : Ministère de la Culture
Vestiges du foyer
Crédit : Ministère de la Culture
Chaînage de briques
Crédit : Ministère de la Culture
Face intérieure du laconicum
Crédit : Ministère de la Culture

Des vestiges méconnus… et en manque de visibilité

Le site n’est pas librement accessible. Pour y accéder il faut prendre rendez-vous auprès du directeur d’établissement du lycée Auguste Renoir. En 2014, le président de l’association Renaissance du Vieux Limoges, Michel Toulet, s’était positionné en faveur d’une ouverture du site au public et en libre accès. Il regrettait la confidentialité du site alors que la ville de Limoges est labellisée ville d’art et d’histoire.

Bibliographie :

PERRIER, Jean. 1963, « Notes D’archéologie Gallo-Romaine : La Villa Sainte-Claire à Limoges », in Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin.

PERRIER, Jean. 1993, Carte Archéologique de la Gaule 87 – La Haute-Vienne. Académie des Inscriptions et des Belles Lettres, p. 113.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s